RONA achetée par Lowe's pour 3,2 milliards de dollars


MONTRÉAL – L’entreprise américaine Lowe’s Companies a annoncé mercredi par communiqué vouloir faire l’acquisition de la chaîne québécoise RONA. 

Toutes les actions du quincailler seront rachetées au coût de 3,2 milliards de dollars, soit 24 $ par action ordinaire et 20 $ par action privilégiée. À la clôture mardi, l’action de RONA valait 11,77 $ à la Bourse de Toronto.

La transaction a été approuvée par les conseils d’administration des deux compagnies. Pour RONA, une assemblée devrait se tenir d’ici la fin du premier trimestre de 2016.

Le président du conseil d’administration de RONA, Robert Chevrier, parle d’une «nouvelle étape» pour la compagnie québécoise. «L’équipe de Lowe’s nous a présenté un excellent plan pour que notre entreprise maintienne le pouvoir de sa marque, tout en nous permettant d’utiliser la présence mondiale de Lowe’s comme tremplin pour accroître notre portée.»

Selon lui, la transaction représentait une «occasion idéale» pour la croissance de RONA grâce aux engagements pris par la compagnie américaine envers les employés, le potentiel des nouveaux marchés pour les fabricants canadiens et l’étendue d’offre de produits pour les marchands indépendants.

Mises à pied?

Parmi ses engagements, Lowe’s promet d’établir son siège social canadien à Boucherville, sur la Rive-Sud en plus de maintenir les bannières RONA. Sylvain Prud’homme, président de Lowe’s au Canada, dirigera les activités canadiennes.

La société affirme qu’elle gardera à son service «la vaste majorité des employés actuels de RONA» en plus de maintenir en poste les hauts dirigeants clés de l’entreprise.

Tentative d’achat en 2012

En 2012, Lowe’s avait essayé de mettre la main sur l’entreprise québécoise avec une offre de 1,76 milliard $. Le ministre des Finances de l’époque, Raymond Bachand, s’était opposé à cette vente.

À ce moment, la direction de RONA avait également conclu que l’offre n’était pas dans l’intérêt de la compagnie.

Le chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau a d’ailleurs interpellé la nouvelle ministre de l’Économie, Dominique Anglade. «Interviendra ou laissera-t-elle perdre un autre siège social. Résistera-t-elle à son PM?», a-t-il écrit sur Twitter.

«Le Québec de Couillard: vendre nos entreprises à l’étranger! Un autre siège social perdu après Alcan et Provigo», a précisé Pierre Karl Péladeau sur Twitter.



Source

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

:shout: 
:cool: 
:blush: 
:confident: 
:mah: 
:darkmood: 
:TT-TT: 
:sweating: 
:paranoid: 
:whisper: 
:serious-business: 
:yum: 
:innocent: 
:relief: 
:nosebleed: 
:nomnom: 
:ouch: 
:ninja: 
:eyesonfire: 
:shy: 
:no-waigif: 
:want!: 
:burnt: 
:yo!: 
:high: 
:O_O: 
:zz: 
:brzzzzz: 
:omg-: 
:bouaaaaah: 
:x_x: 
:ohnoes: 
:again: 
:ignoring: 
:leaking: 
:meaw: 
:arr: 
:snooty: 
:want: 
:tagger: 
:sick: 
:slow: 
:music: 
:zombie: 
:evilish: 
:ohu!: 
:youseemtobeserious: 
:=): 
:scared: 
:on-fire: 
:secretlaugh: 
:hidden: 
:zZgif: 
:teeth: 
:wink: 
:=B: 
:yush: 
:XD: 
:onfire: 
:dizzy: 
:kaboom: 
:in-love: 
:nosepick: 
:gangs: 
:X3: 
:kiss: 
:indi: 
:whistle: 
:drunk: 
:disapointed: 
:angry: 
:^^: 
:boo: 
:real: 
:-_-: 
:faill: 
:tastey: 
:hmm: 
:yes: 
:shocked: 
:grin: 
:huh: 
:psychotic: 
:no: 
:beaten: 
:pissedoff: