10 M $ pour la maison d'un héritier Bombardier (photos)


L’ancien président et chef de la direction de Bombardier, Pierre Beaudoin, a mis sa prestigieuse résidence de Westmount en vente. La propriété, située au 757 avenue Lexington, est affichée à 9,5 millions $.

La maison construite en 1929, l’année du krach boursier, comprend 15 pièces, dont cinq chambres et sept salles de bain. Elle est érigée sur un terrain de 19 507 pieds carrés. Les occupants de la prestigieuse résidence jouissent également de trois garages et d’une piscine creusée.

La résidence d’environ 6000 pieds carrés est évaluée à près de 5,9 millions $, selon le rôle d’évaluation de la Ville de Montréal. L’immeuble est enregistré au nom d’Hélène Robitaille, la conjointe de Pierre Beaudoin. Les taxes municipale et scolaire totalisent 60 577 $, en 2016.

L’an dernier, Pierre Beaudoin a touché une rémunération de plus de 3,8 millions $ à titre de président exécutif du conseil d’administration de Bombardier. Pendant l’exercice financier, le dirigeant avait cédé son poste de président et chef de la direction à Alain Bellemare.

L’ancienne maison de Joey Saputo

Pierre Beaudoin a été le grand patron du fabricant québécois de 2008 à 2015. Le fils de Laurent Beaudoin obtenait de 5 à 6 millions $, annuellement, lorsqu’il dirigeait l’entreprise fondée par son grand-père, Joseph-Armand Bombardier.

Le couple Beaudoin-Robitaille a pris possession de la résidence de Westmount en 2008. L’immeuble a été cédé à Mme Robitaille pour la somme de 1 $, par la fiducie Madison Trust, qui avait été créée à son bénéfice quelques années auparavant.

Madison Trust a acquis la maison en 2003, auprès de Joey Saputo, président de l’Impact et membre de la famille qui contrôle le fromager Saputo. À l’époque, Madison (ou Hélène Robitaille) a payé la maison 4,3 millions $.

Difficultés financières

Le clan Bombardier a soulevé la controverse au cours des derniers mois, en raison des difficultés de Bombardier, la société qu’il contrôle, à vendre le nouvel appareil C Series.

L’entreprise s’est retrouvée en sérieuses difficultés financières, ce qui a poussé le gouvernement du Québec à injecter 1,3 milliard $ en retour d’une participation de 49,5 % dans le programme aéronautique, qui peinait à prendre son envol.

La Caisse de dépôt et placement du Québec a également allongé une somme importante pour aider Bombardier. L’institution a versé 2 milliards $ pour obtenir une participation de 30 % dans la filiale ferroviaire de Bombardier, Bombardier Transport.



Source

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

:shout: 
:cool: 
:blush: 
:confident: 
:mah: 
:darkmood: 
:TT-TT: 
:sweating: 
:paranoid: 
:whisper: 
:serious-business: 
:yum: 
:innocent: 
:relief: 
:nosebleed: 
:nomnom: 
:ouch: 
:ninja: 
:eyesonfire: 
:shy: 
:no-waigif: 
:want!: 
:burnt: 
:yo!: 
:high: 
:O_O: 
:zz: 
:brzzzzz: 
:omg-: 
:bouaaaaah: 
:x_x: 
:ohnoes: 
:again: 
:ignoring: 
:leaking: 
:meaw: 
:arr: 
:snooty: 
:want: 
:tagger: 
:sick: 
:slow: 
:music: 
:zombie: 
:evilish: 
:ohu!: 
:youseemtobeserious: 
:=): 
:scared: 
:on-fire: 
:secretlaugh: 
:hidden: 
:zZgif: 
:teeth: 
:wink: 
:=B: 
:yush: 
:XD: 
:onfire: 
:dizzy: 
:kaboom: 
:in-love: 
:nosepick: 
:gangs: 
:X3: 
:kiss: 
:indi: 
:whistle: 
:drunk: 
:disapointed: 
:angry: 
:^^: 
:boo: 
:real: 
:-_-: 
:faill: 
:tastey: 
:hmm: 
:yes: 
:shocked: 
:grin: 
:huh: 
:psychotic: 
:no: 
:beaten: 
:pissedoff: