Une femme dénonce la qualité des soins dans un CHSLD


SAGUENAY – Une femme de Saguenay, dont la mère séjourne dans un CHSLD depuis 2013, dénonce l’inaction des autorités pour améliorer les conditions de vie des aînés.

«Tout allait bien au début, il n’y avait pas de problèmes, indique celle qui préfère garder l’anonymat pour éviter les représailles. C’est quand il y a eu des changements dans le personnel que tout a déraillé.»

Sa mère se rendait à la salle de bain aidée de sa marchette lorsqu’elle a chuté il y a deux ans. «L’infirmière l’a évaluée, mais apparemment, elle n’avait rien, explique-t-elle. Sauf qu’ils ont constaté à l’hôpital qu’elle avait un genou et une hanche cassés.»

La dame a choisi de se faire opérer, malgré les risques, parce que ses médecins avaient bon espoir qu’elle retrouve ses capacités.

Elle est demeurée à l’hôpital trois semaines avant d’être retournée au centre d’hébergement où on lui avait garanti qu’elle pourrait bénéficier des services d’une physiothérapeute.

«Le problème c’est que la physiothérapeute était en vacances, donc elle n’a pas reçu les soins promis et elle est incapable de marcher», précise-t-elle, choquée par la situation.

Dossier médical

Elle a récemment eu accès au dossier médical complet de sa mère. Elle a découvert qu’il comptait sept autres rapports d’incidents.

«On a omis de lui donner son insuline. Une autre fois, c’était son anticoagulant, explique-t-elle. On ne l’a jamais su avant parce qu’on ne nous dit rien.»

Elle s’est plainte à l’établissement de santé. Dans son rapport, le commissaire fait cinq recommandations, mais selon elle, rien n’a changé.

Elle a donc décidé de s’adresser au Protecteur du citoyen dans le but d’améliorer les conditions de vie de sa mère, mais aussi celles des autres résidents.

«Les gens ne parlent pas. Ils ont peur de parler, affirme-t-elle. Ils ont peur des représailles et quand on parle, on a l’impression qu’on ne nous écoute pas.»

La femme a entrepris des démarches auprès de la députée de Chicoutimi, Mireille Jean. Elle prévoit aussi consulter un avocat pour évaluer les recours possibles.



Source

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

:shout: 
:cool: 
:blush: 
:confident: 
:mah: 
:darkmood: 
:TT-TT: 
:sweating: 
:paranoid: 
:whisper: 
:serious-business: 
:yum: 
:innocent: 
:relief: 
:nosebleed: 
:nomnom: 
:ouch: 
:ninja: 
:eyesonfire: 
:shy: 
:no-waigif: 
:want!: 
:burnt: 
:yo!: 
:high: 
:O_O: 
:zz: 
:brzzzzz: 
:omg-: 
:bouaaaaah: 
:x_x: 
:ohnoes: 
:again: 
:ignoring: 
:leaking: 
:meaw: 
:arr: 
:snooty: 
:want: 
:tagger: 
:sick: 
:slow: 
:music: 
:zombie: 
:evilish: 
:ohu!: 
:youseemtobeserious: 
:=): 
:scared: 
:on-fire: 
:secretlaugh: 
:hidden: 
:zZgif: 
:teeth: 
:wink: 
:=B: 
:yush: 
:XD: 
:onfire: 
:dizzy: 
:kaboom: 
:in-love: 
:nosepick: 
:gangs: 
:X3: 
:kiss: 
:indi: 
:whistle: 
:drunk: 
:disapointed: 
:angry: 
:^^: 
:boo: 
:real: 
:-_-: 
:faill: 
:tastey: 
:hmm: 
:yes: 
:shocked: 
:grin: 
:huh: 
:psychotic: 
:no: 
:beaten: 
:pissedoff: