L'audition des jeunes: une étude alarmante


La musique adoucit les mœurs, oui, mais trop forte, elle a tendance à faire plus de mal que de bien. La faculté de médecine de l’université de Sao Paulo, au Brésil, a trouvé un lien grandissant entre acouphène et passages fréquents en discothèque ou écoute de musique forte au casque.

Les chercheurs ont utilisé un otoscope – l’instrument qui permet d’examiner visuellement le tympan – sur 170 jeunes âgés entre 11 et 17 ans. Les participants ont également été invités à remplir un questionnaire. On leur demandait s’ils avaient souffert d’acouphènes au cours des 12 derniers mois, ainsi que leur volume, leur durée et leur fréquence. Plus de la moitié des jeunes – 54,7% – ont dit qu’ils avaient déjà eu des acouphènes. Ces derniers ont ensuite subi un examen psychoacoustique pour mesurer leur audition. Au cours de cet examen 28,8 % ont eu des acouphènes. Il s’agit d’un résultat alarmant, selon les chercheurs.

«Ce niveau de prévalence est alarmant, a déclaré Tanit Ganz Sanchez, professeur agrégé d’otorhinolaryngologie à l’université et chercheur principal de l’étude. Il y avait cette notion que l’acouphène est un problème de personnes âgées, mais nous constatons qu’il devient plus fréquent chez les groupes plus jeunes, y compris les enfants et les adolescents, en raison de leur exposition croissante à des niveaux de bruit élevés, entre autres facteurs.

«Nous avons constaté que les adolescents perçoivent les acouphènes très souvent, mais que contrairement aux adultes ils ne s’inquiètent pas et ne s’en plaignent pas aux parents ou aux enseignants, par exemple. Par conséquent, ils ne sont pas vus par un médecin spécialiste de l’ouïe, et le problème peut devenir chronique. Si les oreilles des adolescents souffrant d’acouphènes sont plus sensibles à des niveaux sonores élevés que ceux qui n’en ont pas, il est naturel d’attendre qu’ils souffrent de perte auditive plus tôt. L’acouphène est un signe précoce de cette perte, et qui apparaît bien avant toute perte auditive réelle.»

Les résultats ont été publiés dans Scientific Reports, un journal en ligne publié par Springer Nature.



Source

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

:shout: 
:cool: 
:blush: 
:confident: 
:mah: 
:darkmood: 
:TT-TT: 
:sweating: 
:paranoid: 
:whisper: 
:serious-business: 
:yum: 
:innocent: 
:relief: 
:nosebleed: 
:nomnom: 
:ouch: 
:ninja: 
:eyesonfire: 
:shy: 
:no-waigif: 
:want!: 
:burnt: 
:yo!: 
:high: 
:O_O: 
:zz: 
:brzzzzz: 
:omg-: 
:bouaaaaah: 
:x_x: 
:ohnoes: 
:again: 
:ignoring: 
:leaking: 
:meaw: 
:arr: 
:snooty: 
:want: 
:tagger: 
:sick: 
:slow: 
:music: 
:zombie: 
:evilish: 
:ohu!: 
:youseemtobeserious: 
:=): 
:scared: 
:on-fire: 
:secretlaugh: 
:hidden: 
:zZgif: 
:teeth: 
:wink: 
:=B: 
:yush: 
:XD: 
:onfire: 
:dizzy: 
:kaboom: 
:in-love: 
:nosepick: 
:gangs: 
:X3: 
:kiss: 
:indi: 
:whistle: 
:drunk: 
:disapointed: 
:angry: 
:^^: 
:boo: 
:real: 
:-_-: 
:faill: 
:tastey: 
:hmm: 
:yes: 
:shocked: 
:grin: 
:huh: 
:psychotic: 
:no: 
:beaten: 
:pissedoff: