Insuffisance cardiaque: un mal qui prend de l'ampleur


Chaque année, 50 000 nouveaux cas d’insuffisance cardiaque seront diagnostiqués au pays et 600 000 personnes en sont actuellement atteintes, selon le Bulletin de santé 2016 de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

Bien que fréquente, cette maladie incurable est néanmoins mal comprise de la population. Ainsi, plus du quart des Canadiens pense qu’elle est caractérisée par l’arrêt complet des battements du cœur. En fait, c’est plutôt le muscle cardiaque qui ne parvient pas à pomper adéquatement le sang en raison des lésions qu’il a subies, par exemple à la suite d’une crise cardiaque.

«L’insuffisance cardiaque est le résultat final de toutes les maladies du cœur, indique le Dr Paul Fedak, chirurgien cardiaque à l’Université de Calgary et chercheur porte-parole de la Fondation. Tout dysfonctionnement du cœur se termine par ce trouble; c’est là que mènent tous les chemins.»

Cette maladie chronique pèse aussi très lourd sur le système de santé. On estime qu’elle entraîne des coûts directs de plus de 2,8 milliards $ par an au pays. Appelée «maladie de la porte tournante» en raison des longs séjours à l’hôpital qu’elle occasionne, l’insuffisance cardiaque entraîne généralement un séjour de huit jours en moyenne, à l’hôpital. En effet, la plupart des cas sont complexes et demandent souvent la prise en charge d’autres problèmes de santé.

«Il y a un coût considérable associé à l’insuffisance cardiaque, explique le Dr Justin Ezekowitz, directeur de la clinique sur la fonction cardiaque à l’Université de l’Alberta. La plus grande partie provient de l’hospitalisation et des visites à la salle des urgences.»

D’ailleurs, les visites à l’hôpital associées à ce trouble cardiaque ont augmenté au cours des dernières années, et 60 000 visites ont été rapportées en 2013-2014 selon l’Institut canadien d’information sur la santé. L’insuffisance cardiaque se classe au troisième rang pour les causes d’hospitalisation, derrière les maladies respiratoires et les crises cardiaques.

Outre les difficultés quotidiennes auxquelles font face les patients, près de 30 % d’entre eux sont aussi aux prises avec la dépression.



Source

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

:shout: 
:cool: 
:blush: 
:confident: 
:mah: 
:darkmood: 
:TT-TT: 
:sweating: 
:paranoid: 
:whisper: 
:serious-business: 
:yum: 
:innocent: 
:relief: 
:nosebleed: 
:nomnom: 
:ouch: 
:ninja: 
:eyesonfire: 
:shy: 
:no-waigif: 
:want!: 
:burnt: 
:yo!: 
:high: 
:O_O: 
:zz: 
:brzzzzz: 
:omg-: 
:bouaaaaah: 
:x_x: 
:ohnoes: 
:again: 
:ignoring: 
:leaking: 
:meaw: 
:arr: 
:snooty: 
:want: 
:tagger: 
:sick: 
:slow: 
:music: 
:zombie: 
:evilish: 
:ohu!: 
:youseemtobeserious: 
:=): 
:scared: 
:on-fire: 
:secretlaugh: 
:hidden: 
:zZgif: 
:teeth: 
:wink: 
:=B: 
:yush: 
:XD: 
:onfire: 
:dizzy: 
:kaboom: 
:in-love: 
:nosepick: 
:gangs: 
:X3: 
:kiss: 
:indi: 
:whistle: 
:drunk: 
:disapointed: 
:angry: 
:^^: 
:boo: 
:real: 
:-_-: 
:faill: 
:tastey: 
:hmm: 
:yes: 
:shocked: 
:grin: 
:huh: 
:psychotic: 
:no: 
:beaten: 
:pissedoff: