Notes d’allocution de l’honorable John McCallum, C.P., député et ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada lors d’une conférence de presse pour faire le point sur le plan du Canada de réinstaller 25 000 réfugiés syriens, après son retour d’un voyage au Liban et en Jordanie.

Ottawa (Ontario) 

Le 23 décembre 2015

Tel que prononcé

Merci. Bon matin. Bonjour à tout le monde. C’est probablement ma dernière de ces réunions d’information régulières de l’année. On ne sait jamais, mais je pense que c’est la dernière. J’ai toujours essayé de présenter un portrait global aux Canadiens, avec ses avantages et ses inconvénients. Et comme il s’agit sans doute de la dernière réunion de l’année, je dois vous faire part de certains points.

Comme vous le savez, je viens de rentrer d’une visite en Jordanie et au Liban, et je pensais commencer en vous disant ce qui pour moi a été la chose la plus émouvante de ce voyage.

Et c’était question d’une rencontre avec une douzaine d’enfants à UNICEF en Jordanie. Et tous ces enfants m’ont dit qu’ils voulaient venir au Canada et même qu’ils avaient entendu le message de notre premier ministre qui a accueilli les premiers réfugiés à Toronto, mais leur famille n’avait pas, à ma connaissance, demandé de venir au Canada.

Et je me rappelle en particulier une petite fille qui m’a dit qu’elle voulait venir au Canada, qu’elle avait entendu le message de M. Trudeau et que ses deux frères, âgés de 13 ans et de 15 ans, travaillent chaque jour de 6h00 le matin à 8h00 le soir en construction. Et donc j’étais tenté de trouver un moyen d’inclure ces gens et leur famille parmi nos réfugiés. Mes adjoints m’ont dit que cela ne sera pas approprié et ils avaient raison.

Je me souviendrai donc toujours de cette petite fille qui n’est pas en mesure, du moins pour le moment, de venir au Canada. Or, la bonne nouvelle est que bien plus de 10 000 enfants comme elle arriveront dans notre pays d’ici la fin de février.

En outre, comme je l’ai dit de nombreuses fois, ce projet est d’envergure vraiment nationale et nous félicitons les Canadiens de leurs appuis divers, et je tiens à mentionner rapidement ces quelques organisations qui nous aident.

À l’extrémité supérieure de l’échelle des entreprises canadiennes, le CN, RBC et Banque Scotia ont donné ensemble huit millions et demi de dollars; et beaucoup, beaucoup d’autres entreprises font également des dons. Une société anonyme vient de promettre 2 M$, mais ne souhaite pas que son identité soit révélée.

Mentionnons aussi la communauté musulmane de la région du Grand Toronto. Khalid Usman, un membre influent de cette communauté, a tenu une collecte de fonds dans le cadre de laquelle il a récolté 1 M$. Les mosquées de la région ont recueilli 2 M$ supplémentaires. La Fondation islamique de Toronto s’est engagée à soutenir 200 familles ou plus, ce qui représente une valeur d’au moins 4 M$.

Et puis, à l’autre bout du spectre, des petits enfants de partout au pays s’engagent à produire 25 000 tuques pour les réfugiés. Cela a commencé au Québec, mais s’est répandu partout au pays. Et j’ai rencontré une cinquantaine d’enfants d’âge scolaire il y a une semaine au Parlement qui ont tous préparé des affiches de bienvenue.

Donc je pense que c’est vraiment excellent dans cette saison de Noël que nous voyons des contributions des grandes entreprises, de trois de ces entreprises de plus que huit millions de dollars, et la communauté musulmane de la région de Toronto un montant semblable et les enfants avec les affiches et les tuques. Donc c’est vraiment une indication que c’est un projet national et que tous les Canadiens nous aident d’une façon très importante.

Maintenant, je pense que certains d’entre vous se demandent peut-être si nous allons atteindre nos objectifs, et comme je l’ai dit auparavant, le mouvement est comme une vague. Il commence doucement, puis s’accumule. Et une fois que la vague atteint le niveau maximum, un grand nombre de réfugiés sont en mesure de traverser l’océan pour venir au Canada. Ce que je peux dire avec certitude est que notre objectif fondamental sera atteint, c’est-à-dire que bien avant la fin de février, 25 000 réfugiés syriens auront été admis au Canada à titre de résidents permanents. Je suis donc très confiant quant à la réalisation de cet objectif.

En ce qui concerne la cible à plus court terme de 10 000 réfugiés, un avion est en vol en ce moment même avec 298 personnes à bord en direction de Montréal. Et à son atterrissage, beaucoup plus de 2000 réfugiés syriens seront déjà arrivés au pays.

Lors de ma visite des centres de traitement au Liban et en Jordanie, j’ai été très impressionné des systèmes puissants que nous avons mis en place dans les villes de Beyrouth et d’Amman, en particulier sur le plan médical, parce que vous vous souviendrez que c’est l’un des enjeux, problèmes, goulots d’étranglement que j’avais désignés. Or, grâce dans une large mesure à l’aide supplémentaire de l’armée, nous traitons actuellement 800 cas d’examens médicaux par jour dans les deux villes combinées. Nous avons déjà attesté 8000 cas d’examens médicaux, et donc, dans un délai de deux ou trois jours, nous aurons atteint plus de 10 000 cas. Ainsi, je suis convaincu que d’ici la fin de l’année, 10 000 réfugiés syriens ou plus seront traités.

La question est de savoir si l’ensemble de ces 10 000 réfugiés syriens seront arrivés au Canada – s’ils auront les pieds en sol canadien – au 31 décembre. Cela demeure certainement notre objectif. Nous travaillons jour et nuit pour y parvenir, mais certains facteurs sont hors de notre contrôle, comme la météo. Comme vous le savez, les vols à la fin de décembre sont parfois annulés en raison de la météo ou retardés. Il y a aussi la nature humaine. Si on dit à une personne que sa famille peut venir au Canada avec un préavis de deux jours, elle pourrait ne pas être prête à venir en deux jours, car autant que ses membres souhaitent venir ici, ils veulent aussi dire au revoir à leurs amis.

Ainsi, l’élément humain et la météo rendent impossible de garantir que 10 000 réfugiés seront arrivés en sol canadien à la fin de ce mois-ci, mais nous travaillons très dur pour y parvenir, et je crois fermement qu’au minimum, 10 000 réfugiés seront traités d’ici la fin du mois, même s’ils ne sont pas nécessairement au Canada. Et j’ai très bon espoir que 25 000 réfugiés seront physiquement présents au Canada bien avant la fin de février.

Et enfin, à ce sujet : j’ai mentionné qu’un avion était actuellement en vol. Je ne peux pas donner le calendrier quotidien des vols parce que les choses changent si rapidement sur le terrain pour les raisons que je viens de mentionner. Les Canadiens seront cependant informés quotidiennement des projections de vol. Et je peux certainement vous dire qu’il y aura beaucoup, beaucoup de vols entre maintenant et la fin de l’année, assez je l’espère pour faire venir 10 000 réfugiés au Canada.

Donc en sommaire, je suis tout à fait confiant que 25 000 réfugiés seront ici au Canada avant la fin de février, et je suis sûr qu’on a amélioré notre processus médical tel que nous aurons au moins 10 000 cas vérifiés pour la fin de l’année. Et on devrait voir aussi 10 000 dossiers de résidents permanents traités d’ici la fin de l’année. Le défi c’est de nous assurer qu’ils seront capables d’arriver physiquement ici au Canada, et là c’est une question du temps. Il ne fait pas beau toujours vers la fin de décembre et aussi la question de la nature humaine. Mais on travaille très fortement pour achever tous les objectifs que je viens de mentionner.

Deux autres points : je vous ai parlé des réfugiés quand ils sont de l’autre côté de l’océan. Il y a aussi la question de gérer ce qui se passe quand ils arrivent au Canada, et nous travaillons bien sûr très dur pour faire en sorte qu’ils aient un endroit où habiter et un toit au-dessus de leurs têtes à leur arrivée au Canada. Nos organisations de réinstallation jouent un rôle crucial à cet égard. Elles l’ont toujours fait pour les réfugiés, mais nous accueillons actuellement un nombre beaucoup plus grand que ce qu’elles ont l’habitude de traiter.

La semaine dernière, j’ai annoncé un financement supplémentaire de 3,6 M$ pour ces organisations de réinstallation afin de les aider dans leur processus d’établissement, et aujourd’hui, je suis heureux d’annoncer un montant supplémentaire de 15 M$, qui sera affecté très rapidement à ces organisations afin de les aider à la réinstallation d’un grand nombre de réfugiés sur une courte période de temps.

Donc je suis heureux d’annoncer qu’on va transférer 15 millions de dollars à ces agences de relocalisation afin de les aider à accueillir les réfugiés et s’assurer qu’ils auront un toit, un endroit, une maison aussitôt qu’ils arrivent au Canada.

Pour terminer – et je serai heureux de répondre à vos questions après –, il faut mentionner qu’il y a deux groupes de personnes. Il y a les familles syriennes désireuses de faire venir leur famille au Canada et de les protéger des conflits, mais qui n’ont pas nécessairement assez d’argent pour venir ici. D’autre part, il y a des Canadiens très généreux qui ont manifesté leur désir de parrainer des familles de réfugiés. Ainsi, le principal défi est de jumeler ces deux groupes – ceux qui ont de la famille en danger là‑bas et qui veulent venir ici, et les Canadiens qui veulent parrainer ces personnes.

Mon ministère travaille donc sur ce problème, et d’ici un mois, soit avant le 23 janvier, nous disposerons d’un système qui facilitera le rapprochement de ces deux groupes de personnes.

Donc avec ça, je suis heureux de prendre vos questions.

Source

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

:shout: 
:cool: 
:blush: 
:confident: 
:mah: 
:darkmood: 
:TT-TT: 
:sweating: 
:paranoid: 
:whisper: 
:serious-business: 
:yum: 
:innocent: 
:relief: 
:nosebleed: 
:nomnom: 
:ouch: 
:ninja: 
:eyesonfire: 
:shy: 
:no-waigif: 
:want!: 
:burnt: 
:yo!: 
:high: 
:O_O: 
:zz: 
:brzzzzz: 
:omg-: 
:bouaaaaah: 
:x_x: 
:ohnoes: 
:again: 
:ignoring: 
:leaking: 
:meaw: 
:arr: 
:snooty: 
:want: 
:tagger: 
:sick: 
:slow: 
:music: 
:zombie: 
:evilish: 
:ohu!: 
:youseemtobeserious: 
:=): 
:scared: 
:on-fire: 
:secretlaugh: 
:hidden: 
:zZgif: 
:teeth: 
:wink: 
:=B: 
:yush: 
:XD: 
:onfire: 
:dizzy: 
:kaboom: 
:in-love: 
:nosepick: 
:gangs: 
:X3: 
:kiss: 
:indi: 
:whistle: 
:drunk: 
:disapointed: 
:angry: 
:^^: 
:boo: 
:real: 
:-_-: 
:faill: 
:tastey: 
:hmm: 
:yes: 
:shocked: 
:grin: 
:huh: 
:psychotic: 
:no: 
:beaten: 
:pissedoff: