Le combat d'un homme fort contre le cancer des testicules


Atteint d’un cancer testiculaire de grade trois, l’homme fort David Nollet a vu sa vie bouleversée depuis qu’il a amorcé ses traitements de chimiothérapie.

«Je ne souffre pas du cancer, je guéris», a lancé l’homme fort qui, à travers tout ce difficile processus, s’est donné comme mission de parler de sa maladie.

Il en est à son troisième et dernier cycle de traitements de chimiothérapie. Lors de ces journées intensives, il doit parfois rester allongé dans une chaise pendant 6 heures.

«La chimio, ça tue tout en dedans de toi en espérant de ne pas te tuer», a-t-il souligné.
David a perdu son imposante barbe, puis a ressenti les effets secondaires: fatigue, maux de tête, hoquets incontrôlables et douleurs aux muscles et aux articulations.

«Tu ne sais pas comment gérer ton corps. Il ne t’appartient plus pour la période des traitements. Je me dis que je guéris, mais c’est dur parfois», a-t-il confié.

«On y va une journée à la fois, a poursuivi sa conjointe Caroline. Chaque jour nous rapproche de la guérison.»

Caroline mène le combat à ses côtés. Elle a récemment réalisé une course de 21 km en soutien aux 21 traitements de chimiothérapie subis par David.

«Pour l’instant, l’important est que mon mari survive. C’est ça mon objectif. Les enfants, c’est un bonus. Ce sera plus tard», a-t-elle dit.

«Quand tu es près de la mort, tu réalises ce que tu veux faire et comment tu veux que les gens se souviennent de toi. Je veux qu’on voie que j’étais fort et que j’étais là pour les gens qui comptent», a expliqué David.

La grande forme physique qu’il avait avant le diagnostic aide toutefois à prendre le dessus sur les effets secondaires. D’il ne met pas un terme à ses compétitions.

«Je veux faire ma saison cet été. Pour moi, c’est important, c’est de me sentir vivant», a soutenu David.

Après ce troisième traitement, David passera un nouveau test pour voir comment la maladie a réagi à la chimiothérapie. Entre-temps, son histoire continue de sensibiliser les hommes à l’importance de faire régulièrement l’auto-examen des testicules.



Source

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

:shout: 
:cool: 
:blush: 
:confident: 
:mah: 
:darkmood: 
:TT-TT: 
:sweating: 
:paranoid: 
:whisper: 
:serious-business: 
:yum: 
:innocent: 
:relief: 
:nosebleed: 
:nomnom: 
:ouch: 
:ninja: 
:eyesonfire: 
:shy: 
:no-waigif: 
:want!: 
:burnt: 
:yo!: 
:high: 
:O_O: 
:zz: 
:brzzzzz: 
:omg-: 
:bouaaaaah: 
:x_x: 
:ohnoes: 
:again: 
:ignoring: 
:leaking: 
:meaw: 
:arr: 
:snooty: 
:want: 
:tagger: 
:sick: 
:slow: 
:music: 
:zombie: 
:evilish: 
:ohu!: 
:youseemtobeserious: 
:=): 
:scared: 
:on-fire: 
:secretlaugh: 
:hidden: 
:zZgif: 
:teeth: 
:wink: 
:=B: 
:yush: 
:XD: 
:onfire: 
:dizzy: 
:kaboom: 
:in-love: 
:nosepick: 
:gangs: 
:X3: 
:kiss: 
:indi: 
:whistle: 
:drunk: 
:disapointed: 
:angry: 
:^^: 
:boo: 
:real: 
:-_-: 
:faill: 
:tastey: 
:hmm: 
:yes: 
:shocked: 
:grin: 
:huh: 
:psychotic: 
:no: 
:beaten: 
:pissedoff: