Hépatite C: un virus tapi dans l'ombre


La première Journée québécoise de sensibilisation à l’hépatite C se tient vendredi. Ce virus qui s’attaque au foie touche des dizaines de milliers personnes au Québec sans qu’elles ne le sachent.

Quelques chiffres

«Il y a sept fois plus de cas d’hépatite C que de cas de VIH» au Canada, nous rappelle-t-on au Centre associatif polyvalent d’aide hépatite C (CAPAHC).

Concrètement, il y a plus de 39 000 personnes dépistées au Québec. En ajoutant celles qui ignorent leur statut, ce sont entre 60 et 70 000 femmes et hommes qui auraient contracté ce virus, a indiqué Laurence Mersilian, directrice générale du CAPAHC, lors d’une entrevue avec Canoe.ca. La situation est d’autant plus préoccupante qu’aucun dépistage systématique n’a été institué.

Le Québec, l’Ontario et la Colombie-Britannique sont les trois provinces les plus touchées. Selon l’Organisation mondiale de la santé, 130 à 150 millions d’individus sont porteurs chroniques du virus dans le monde.

Une première journée de sensibilisation

Cette première journée de sensibilisation avait été appuyée à l’unanimité par l’Assemblée nationale en octobre 2015 sur une proposition de la députée de Québec Solidaire Manon Massé.

Une étape importante selon Laurence Mersilian, car l’hépatite C est une «maladie silencieuse». «On peut vivre pendant 20-30 ans sans avoir aucun autre symptôme que de la fatigue. Or, aujourd’hui, on est tous fatigués», explique-t-elle. Ainsi, une cirrhose, un cancer du foie ou même un décès peut être la première manifestation de la maladie.

Un contact avec du sang contaminé, de sang à sang, est l’origine de la transmission du virus. Voilà pourquoi les toxicomanes, les personnes avec un tatouage artisanal ou un piercing, les «baby-boomers» (qui ont connu la génération «Peace & Love» et les drogues qui vont avec), ainsi que des immigrés de certaines régions du monde.

Pas de vaccin, mais des traitements efficaces

Si elle veut que cette journée permette de «marquer les esprits sur l’importance du dépistage», Laurence Mersilian ne veut pas faire peur à la population, d’autant que des traitements existent.

Ces antirétroviraux à action directe «permettent de guérir dans quasiment 100 % des cas», précise-t-elle. En revanche, on attend toujours un vaccin préventif.

Que se passe-t-il le 29 avril?

Une clinique de dépistage gratuite, organisée dans les locaux du CAPAHC (2065, rue Parthenais, local 032), accueillera de 11 h à 13 h une vingtaine de patients. Il reste encore des places. Les réservations se font par téléphone (514-521-0444).

À noter que les députées Manon Massé (Québec Solidaire) et Hélène Laverdière (Nouveau Parti démocratique) participeront à cette journée pour marquer leur soutien.



Source

Deixe uma resposta

O seu endereço de e-mail não será publicado. Campos obrigatórios são marcados com *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

:shout: 
:cool: 
:blush: 
:confident: 
:mah: 
:darkmood: 
:TT-TT: 
:sweating: 
:paranoid: 
:whisper: 
:serious-business: 
:yum: 
:innocent: 
:relief: 
:nosebleed: 
:nomnom: 
:ouch: 
:ninja: 
:eyesonfire: 
:shy: 
:no-waigif: 
:want!: 
:burnt: 
:yo!: 
:high: 
:O_O: 
:zz: 
:brzzzzz: 
:omg-: 
:bouaaaaah: 
:x_x: 
:ohnoes: 
:again: 
:ignoring: 
:leaking: 
:meaw: 
:arr: 
:snooty: 
:want: 
:tagger: 
:sick: 
:slow: 
:music: 
:zombie: 
:evilish: 
:ohu!: 
:youseemtobeserious: 
:=): 
:scared: 
:on-fire: 
:secretlaugh: 
:hidden: 
:zZgif: 
:teeth: 
:wink: 
:=B: 
:yush: 
:XD: 
:onfire: 
:dizzy: 
:kaboom: 
:in-love: 
:nosepick: 
:gangs: 
:X3: 
:kiss: 
:indi: 
:whistle: 
:drunk: 
:disapointed: 
:angry: 
:^^: 
:boo: 
:real: 
:-_-: 
:faill: 
:tastey: 
:hmm: 
:yes: 
:shocked: 
:grin: 
:huh: 
:psychotic: 
:no: 
:beaten: 
:pissedoff: